De Bethune

Innovations techniques et artistiques

Au cœur de la manufacture

Plongez au cœur de la manufacture et de ses technologies les plus modernes dans l'esprit des grands maîtres horlogers du XVIIIème siècle. Tourbillons, quantièmes perpétuels, chronomètres, secondes mortes, lunes sphériques, ponts, roues, ancres, balanciers, pignons, spiraux, vis, mais aussi les boites, les cadrans, les berceaux mobiles, les aiguilles … Chaque composant est pensé et fabriqué un à un, avec une attention particulière au moindre détail, y compris dans la décoration avec les traditionnelles « Côtes de Bethune » et la gravure Microlight.

De Bethune

Phase de lune

Historiquement, les horlogers représentaient naturellement la lune comme elle apparait dans le ciel, sphérique. Avec le temps, le principe de ces lunes a été abandonné, laissant place aux représentations à plat, moins encombrantes dans un mouvement horloger.

Partant du constat qu’elles sont visuellement fausses, De Bethune fût le premier horloger à nourrir le désir de créer pour la première fois dans une montre-bracelet, un mouvement intégrant une lune sphérique. Se libérant de toutes les contraintes, Denis Flageollet, Maitre-horloger et fondateur de De Bethune a ainsi réussi à concevoir un calibre capable d’accueillir une lune en trois dimensions, posée en véritable lévitation au-dessus de son ciel étoilé. Et pour lui offrir sa part d’ombre, quelle meilleure idée que de la réaliser avec deux demi-sphères en acier et en palladium, taillées, assemblées et polies avant d’être posées sur un lit de limaille en laiton pour être exposée à la flamme d’une lampe à alcool. 

Sous l’effet de la chaleur, la magie opère. L’acier se transforme en un oxyde de couleur bleue, alors que le paladium reste intact. Tournant sur son propre axe, la sphère assemblée peut ainsi reproduire précisément les différents mouvements de l’astre à l’image de ce que l’on peut observer dans le ciel. Son mécanisme d’entraînement est calculé avec une précision telle qu’il faudra 122 années avant qu’il ne se décale d’une journée.

Les aiguilles

Sculptées dans de l’acier, du titane, du silicium, de l’or ou encore du saphir, De Bethune porte l’attention au détail jusqu’à la fabrication de ses propres aiguilles. Pensées et dessinées avec autant de soin qu’un cadran ou tout autre partie de la boite ou du mouvement, elles font à chaque fois partie d’une véritable réflexion d’ensemble, et sont réalisées sur-mesure dans les ateliers de l’Auberson, pour chaque nouvelle création. Ne s’imposant aucune limite, De Bethune s’offre ainsi la liberté de travailler leur matière, d’explorer de nouveaux profils et de leur donner parfois une forme (ou une déformation) bien singulière pour faciliter le passage d’une lune. La volonté d’excellence est dans les détails.
De Bethune
De Bethune

Berceaux mobiles

Au départ, une question simple : est-il possible d’améliorer encore le confort et l’ergonomie d’une montre-bracelet ? En remplacant les cornes classiques par un principe breveté de berceaux mobiles qui pivotent depuis l’axe du centre de la montre, De Bethune a inventé une solution simple et efficace qui libère des cornes fixes. Le garde-temps se place naturellement sur le poignet, le bracelet s’articule mieux, la couronne dès lors placée à 12H évite le pli du poignet, le plat du fond de la montre n’est plus un probleme, le confort est inégalable.

Bleuissage du titane

L’acier et le fer sont restés longtemps les seuls matériaux utilisés en horlogerie jusqu’à ce que De Bethune mène ses propres investigations sur le titane. Finalisée en 2006, sa technique est désormais appliquée sur la version la plus pure de ce matériau, celle de grade 5.

Couleur liée à la notion d’infini et d’harmonie, le bleu naturel constitue l’un des champs de recherche majeurs de De Bethune. Pour créer son propre bleu, De Bethune recourt à une technique qui consiste à chauffer délicatement la matière à la flamme pour colorer sa surface en l’oxydant. Balanciers, berceaux mobiles, cadrans et bien d’autres composants… le rituel débute avec le polissage de la matière brute jusqu’à l‘obtention du poli-miroir parfait, puis l’horloger les découpe, les nettoie avant de les passer à un four qui atteint les 700 degrés afin de permettre au titane de s’oxyder naturellement et lui donner ce bleu uniforme si extraordinaire.
De Bethune
De Bethune

Le ciel étoilé 

La voûte céleste est devenue ainsi un thème récurrent au fil des créations de la maison, et ceci particulièrement avec la collection DB25. Telle une obsession, c’est la quête de représenter le ciel le plus beau et le mieux possible. De capter cette émotion, et de tenter de la retenir en la miniaturisant pour la porter à son poignet. De savoir qu’elle est unique, parce que l’on ne peut pas reproduire le même geste deux fois.

Ainsi, pour que chaque ciel soit différent, le client De Bethune pourra à son gré choisir la constellation de son choix, sur un cadran en titane bleui poli-miroir qui accueillera une multitude de petites goupilles d’or chassées une à une, recréant la magie des étoiles. Grâce à des micro-frappes au laser guidé à la main, le ciel est complété par une multitude de plus petites étoiles. Pour compléter le processus et accentuer encore l’effet visuel, l’or 24 carats vient se poser telle une nébuleuse pour apporter la lumière. L’ensemble est tout simplement féerique.

Les Côtes De Bethune

C’est la signature De Bethune. Rarement copiées, synonyme de qualité car elles exigent un coup de main bien particulier, les Côtes De Bethune sont comme le tissage d’une étoffe réalisée avec un certain angle. Elles offrent une lecture inédite du mouvement, concentrant l’attention du regard vers le centre de la pièce. Peu importe si le travail est plus long, plus minutieux, plus délicat, l’effet est un véritable petit miracle visuel : à l’inverse des traditionnelles Côtes de Genève, les Côtes De Bethune se distribuent de manière symétrique depuis le centre, et permettent de concentrer subtilement la lumière au cœur de la montre.
De Bethune
De Bethune

Oxydation noire du Zirconium

Si les horlogers utilisaient par le passé les oxydations pour éviter la corrosion (l’acier bleui évite de rouiller), aujourd’hui les oxydations sont le plus souvent utilisées pour apporter des couleurs à l’aspect des matières. C’est le cas de l’oxydation noire du zirconium, qui fait partie des oxydations dites « naturelles » largement privilégiées par De Bethune. Le choix du naturel car les teintes sont plus belles, offrant le caractère d’un pigment. Le noir devient plus profond avec de subtiles nuances de teintes. L’oxydation naturelle fait ressentir plus franchement la matière, son état, sa nature. Elle garantit aussi de manière durable, la résistance et la pérennité de l’habillage de la montre.

Décoration microlight

Parmi les différentes décorations propres aux mouvements De Bethune, il en est une qui dépoussière et modernise résolument la technique du guillochage traditionnel : c’est la gravure Microlight. Sur le cadran, dans le mouvement, sur des surfaces planes ou des profils en relief, cette technique souligne et renforce une structure, un décor. En jouant sur l’ombre et la lumière, elle apporte de la profondeur, offre un résultat plus architecturé et plus dynamique. L’ensemble devient plus contemporain. 
De Bethune
De Bethune

Le poli-miroir

Il faut un désir, un élan pour pousser ainsi l’excellence dans tous les domaines. Le poli-miroir est un jeu avec la lumière. La surface de la pièce est très patiemment polie jusqu’à ce qu’elle devienne un vrai miroir. Le métal reflète alors parfaitement la lumière. Il faut parfois compter jusqu’à trois heures de polissage pour obtenir ce résultat. Alors, la matière se pose, les atomes se mettent en place, c’est l’instant. C’est une sensation, une perception infime, un moment de précision absolue qui suffit de comprendre – avec la meule de buis et la pâte de diamant - si on est allé trop loin. Tout cela est le résultat de l’interaction entre le cerveau, l’œil et la main. C’est une question de savoir-faire.

Métiers d’art

Faut-il rester fidèle aux gravures traditionnelles ? Ou prendre des libertés, des chemins de traverse pour magnifier la matière et créer des effets visuels inédits ? Les Métiers d’art selon De Bethune sont un vibrant hommage à l’humain. Grâce à des collaborations avec les plus grands artisans d’art, De Bethune part à la redécouverte des techniques anciennes alliées à des matières singulières dans l’horlogerie comme le jade tant adulé par les mayas. Pour chaque garde-temps, c’est une aventure, une inspiration parfois puisée dans les fascinants mystères des civilisations anciennes, chinoise, japonaise ou encore aztèque. C’est alors un formidable terrain de jeu d’explorations pour habiller les garde-temps, les sculpter, les graver, les personnaliser, leur offrir une patine ancienne ou un caractère unique, sans pour autant négliger la lisibilité du cadran.
De Bethune
prendre rendez-vous

Cookies

Ce site web utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez notre utilisation des cookies. En savoir plus